Nord-Kivu/Urgence : La DPF assiste en vivres les déplacés de Goma affectés par l’éruption volcanique Nyiragongo.

En date du 01 Juin 2021, la Dynamique Paysanne Féminine (DPF) a distribué 2525 Kg de la farine de maïs et 606 Kg de haricot aux 202 ménages composés de 1012 personnes dont 616 femmes et 396 hommes, qui sont dans les familles d’accueil à Bweremana et les villages environnant dans le territoire de Masisi, au Nord-Kivu.

Identification des besoins

BesoinsMénagesPourcentage
 1Besoin en vivre202100%
 2Besoin en articles ménagers essentiels (AME)16782,7%
 3Besoin en Non Food Item (NFI) “articles non comestibles”12977,7%

De tous les déplacés de Goma que la DPF a enregistré dans les villages Bweremana, Nyabibale, Buhunga, Kashenda, Buhoro et Kashovu, le besoin en vivre se fait sentir au maximum, c’est-à-dire 100%. Aussi, les besoins en AME remontent à 82,7% et enfin, le besoin en NFI arrive à 77,7%.

Distribution des vivres aux déplacés de Goma à Bweremana

2525 Kg de la farine de maïs et 606 Kg de haricot ont été distribués aux 202 ménages déplacés de Goma, enregistrés par l’organisation nationale Dynamique Paysanne Féminine dans le cadre d’assistance aux déplacés touchés par l’éruption du volcan Nyiragongo du 22 Mai 2021. Réunies devant le siège de l’organisation à Nyabibale localité de Bweremana, territoire de Masisi, la plus part de ces déplacés témoignent qu’ils proviennent des quartiers nord de la ville de Goma.

Ménages atteintsPersonnes atteintesFemmes atteintesHommes atteintesQuantité de la farine de maïs distribuéeQuantité de haricot distribuée
20210126163962525 Kg606 Kg

Besoin qui reste à subvenir

Sur l’axe Goma-Masisi où la Dynamique Paysanne Féminine a mené son enquête rapide, le besoin reste grand. Les trois types de besoin, s’avoir vivre, AME et NFI demeurent mais surtout le besoin en vivre.

Fausses informations recueillies auprès des déplacés

Pendant l’enregistrement des déplacés, certains d’entre eux disent avoir peur de rentrer à Goma parce que les fissures du volcan sont partout dans la ville. D’autres disaient qu’une autre éruption volcanique est trop proche. Enfin, une frange des déplacés consultés laissent savoir qu’ils attendent le mot d’ordre du Président de la République pour regagner la ville de Goma.

De ces informations fausses, nous pouvons conclure que les déplacés n’ont accès à une bonne information d’une source fiable. Et ainsi, la psychose gardera une bonne place dans leurs esprits.

Steven Buhendwa

Partagez sur

Share on whatsapp
Share on email
Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on telegram