DPF

Les clubs dimitra, une approche d’autonomisation des populations rurales pour le développement sur base des initiatives locales et personnelles.

Les clubs dimitra sont des groupes des femmes, d’hommes et des jeunes (mixes ou non) qui décident de s’auto organiser pour agir ensemble sur leurs propres environnements en utilisant leurs propres ressources et compétences. Ils se réunissent régulièrement pour discuter des problèmes auxquels ils sont confrontés dans leur quotidien dans leur milieu de vie afin de prendre des décisions et passer à l’action pour les résoudre. L’approche d’appui et de mobilisation des communautés rurales par les clubs dimitra présente des nombreux avantages de renforcer l’autonomisation socio-économique des populations rurales, en particulier des femmes rurales.

La réussite des clubs dimitra réside entre autres dans l’esprit par lequel une communauté y fait son adhésion notamment : la nécessité, en connaissance des causes, d’une mobilisation volontaire, par chacun et chacune, de son énergie et de ses autres ressources au profit du bien-être commun ; la fortification et la confortation de la conviction à travers la satisfaction et la pertinence des premiers résultats engendrés par les actions concrètes des clubs.

La noble impression de valorisation et chaque membre par le biais du partage des valeurs comme le respect mutuel, la solidarité, etc

HUIT CARACTÉRISTIQUES ESSENTIELLES DES CLUBS DIMITRA

  1. Accès à l’information et à la communication

Le club dimitra doit permettre à ses membres d’accéder  à des informations pertinentes répondant à ses besoins. Lorsqu’un membre du club dimitra reçoit une information, il doit la communiquer à ses collègues, pour qu’ensemble ils développent des idées et stratégies pour l’avancement de leur milieu.

  1. Mécanisme tourné vers l’action

La vision d’un club dimitra est tournée vers les actions (missions) et tous les membres discutent pour trouver des solutions aux problèmes de développement touchant leur communauté. Les solutions recherchées sont principalement celles pouvant être appliquées à l’aide de ressources locales.

  1. Autonomie et appropriation
  2. Autonomie : C’est la capacité d’un club dimitra de se gouverner ou se diriger en toute liberté. La gestion dépend de ses membres, ces derniers décident eux-mêmes leurs visions, les fréquences des réunions, la durée des réunions, les activités à faire et les différents sujets à aborder,… sans être poussé par quelqu’un de l’extérieur.
  3. Appropriation : Tous les membres d’un club dimitra doivent s’attribuer tous les plans, c’est-à-dire s’approprier les travaux, les actions, les activités, les biens, les succès,…pour bien les garder, les conserver et les faire avec tous les soins possibles
  4. Participation

Le club dimitra stimule la participation active et volontaire de ses membres dans la prise des décisions et les actions prévues pour leur développement.

  1. Prise en compte du genre et égalité hommes-femmes

Tous les membres du club dimitra quelques soient leurs sexes, leurs tribus et leurs rangs sociaux ont une même chance sur tout le point. Les clubs portent une attention spéciale sur l’inclusion des groupes marginalisés et de ceux dont le potentiel n’est pas mis en valeur, tels que les femmes et les jeunes.

Par exemple : S’Il s’agit de donner une idée, le fait d’être femme ou homme ne peut pas être un atout pour refuser ou accepter cette idée.

La parité est de rigueur car il n’existe pas les travaux réservés aux hommes ou aux femmes, tous sont capable sauf que se sont les coutumes qui bloquent.

  1. Mise en réseau

Le club dimitra ne doit pas travailler à vase clôt. Il doit faire tout de son mieux pour connaitre ce que font les autres qui sont dans le développement communautaire dans le but de se mettre au courant de ce que les autres font à l’extérieur pour en tirer les expériences  et se faire connaitre aux autres qui visent le développement communautaire en faisant part de ce que leur club dimitra fait.

Ex : Les autres clubs dimitra, les organisations paysannes, du milieu et autres mouvements qui travaillent pour le développement communautaire.

  1. Collaboration avec les radios communautaires

Le club dimitra doit faire entendre ses actions, succès, et cela possible à travers la collaboration des radios locales.

  1. Accompagnement de la FAO-Dimitra

Le club dimitra reçoit un accompagnement rapproché et l’appui technique  est assurer par la FAO dans le but de faire asseoir l’approche.

Les membres d’un club dimitra doivent :

  • Etre intéressés et vouloir s’impliquer dans le développement local ;
  • Faire preuve d’ouverture par rapport à l’égalité entre les hommes te les femmes ;
  • S’engager à participer techniquement, matériellement et financièrement aux activités dans leurs mesures de leurs moyens ;
  • Accepter le bénévolat et développer le volontarisme ;
  • Représentatif des groupes sociaux qui composent la population (sexe, niveau, socioprofessionnel, niveau d’étude, religion, âge, etc.)

En 1998, la FAO a capitalisé les activités des clubs dimitra et en a fait une cible importante pour atteindre ses objectifs dans l’information et la communication participative. Ce projet vise à donner une plus grande visibilité aux femmes rurales et à leur rôle de productrices agricoles. Au fil des années et en réponse aux demandes du terrain, le projet a évolué vers le développement d’approches pratiques pour améliorer l’accès des populations rurales à l’information, en particulier pour les femmes (lire l’article entier).

Mis en place dans plusieurs pays d’Afrique subsaharienne, ces clubs ont connu un grand succès partout où ils ont été créés. Pas de recette compliquée: la volonté des membres des communautés de se mobiliser, une radio solaire (parfois associée à un téléphone portable), une collaboration étroite avec les radios communautaires, un accompagnement des organisations nationales appuyées par la FAO, une bonne dose de flexibilité.

Les organisations humanitaires utilisent l’approche des Clubs Dimitra en soutien à leurs objectifs stratégiques, en particulier celui concernant la réduction de la pauvreté. Il s’agit notamment d’appuyer l’autonomisation des populations rurales, de renforcer les organisations paysannes formelles et informelles ainsi que la gouvernance locale.

En République démocratique du Congo (RDC), spécialement au Nord-Kivu, les organisations humanitaires se sont appropriées ce volet pour comprendre les besoins des communautés rurales, et ainsi apporter la réponse qui touche le réel besoin des paysans enfin de les rendre plus autonomes.

Au cours de l’exercice de ce projet en 2021 et 2022, plusieurs actions collectives ont été menées par la Dynamique Paysanne Féminine en vue d’apporter des solutions aux défis sociaux et économiques identifiés dans les villages respectifs des Clubs Dimitra. La collaboration des Clubs Dimitra avec les radios locales a permis à ce que leurs actions, succès soit entendues dans la communauté. Les actions collectives mise en œuvre par les clubs dimitra jusqu’à maintenant s’inscrivent dans les cadre social, économique et environnemental et sont définis sur base des défis socioéconomiques des zones d’intervention du projet et sont d’utilité publique.

Dans cette même optique, la DPF vise à accompagner 150 clubs dimitra identifiés en 2018 par l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO), en collaboration avec le Programme Alimentaire Mondial (PAM)  dans 3 groupements à savoir : Kisigari, Bweza et Bukoma territoire de Rutshuru, au Nord-Kivu, l’est de la République démocratique du Congo. Pour plus d’information sur ce volet, lisez la Dynamique Paysanne Féminine, une organisation humanitaire qui accompagne les Clubs Dimitra au Nord-Kivu pour le développement des communautés rurales.

Par ce service de mobilisation communautaire, la Dynamique Paysanne Féminine cherchait à accompagner les clubs dimitra mise en place par le programme de la FAO à améliorer les capacités organisationnelles et d’action, ainsi que l’accès à l’information et la communication des populations rurales, particulièrement les femmes et les jeunes, afin de contribuer au renforcement de sécurité alimentaire et nutritionnelle et des moyens de subsistance des bénéficiaires et à la promotion de la cohésion sociale, la Paix et de l’égalité entre hommes et femmes de chaque communauté et chaque Organisation Paysanne afin qu’elle puisse dépasser ses divisions internes profondes, de s’organiser et de bien fonctionner pour rendre différents services à leurs membres, promotion du genre et de contribuer au développement locale de leur milieu. L’approche d’appui et de mobilisation des communautés rurales par les Clubs Dimitra présente des nombreux avantages de renforcer l’autonomisation socio-économique des populations rurales, en particulier des femmes rurales

Kahama Bahati Rostand

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.